Scandale Mitterrand, une erreur de l’opposition ?

Scandale Mitterrand, la gauche piegée?

Nouveau scandale de la semaine après l’intervention de Marine Le Pen sur France2 lors de l’émission Mots croisés. La numéro deux du Front National accuse l’actuel ministre de la culture, Frédéric Mitterrand, de pédophilie et d’être adepte de tourisme sexuel en Thaïlande. Elle cite pour cela des passages du livre du ministre intitulé « La mauvaise vie » paru en 2005. Cette polémique prend davantage d’ampleur lorsque le Parti Socialiste et son porte parole Benoit Hamon, exhorte implicitement le ministre à la démission.

Frédéric Mitterrand s’est expliqué sur le plateau du journal de 20h de TF1, chaîne gouvernementale par excellence. Magnifique plaidoyer, longuement travaillé et visiblement appris par coeur, ne répondant pas dans un premier temps aux question de Laurence Ferrari : « Est-ce que ce récit est vrai ? ». S’ensuit une explication à rallonge totalement hors sujet. Puis, profitant d’une ouverture la journaliste glisse  « Donc vous avez vécu ces situations ? ». Réponse du ministre que l’on croirait affichée sur l’écran du prompteur. « -Oui,…  mais je tiens à préciser, d’une manière extrêmement claire, vous pouvez imaginer que les trois jours que je viens de passer n’ont pas été des jours très très facile, on m’avait dit que la politique était dure, je le constate … ». Enfin il en vient à répondre à la question en déclarant « – l’amalgame auquel je suis confronté, d’une totale injustice, qui voudrait d’une part que les garçons soit des mineurs en aucun cas, en aucun cas …. »

Un « Grand moment » de télévision et d’émotion en bref qui a due faire frémir les ménagères devant leur poste. Pour nous, une belle démonstration de rhétorique politique qui consiste à se plaindre, nier les faits et reporter la faute sur une mauvaise interprétation de ses écrits. Sans oublier, de lancer quelques petits pics contre la journaliste et ses détracteurs. Oui mais pourquoi est-ce que nous avons choisi de parler de cette affaire ? Nous condamnons ouvertement la pédophilie et l’exploitation des enfants mais il faudrait encore qu’elle soit prouvée dans cette affaire, et seule une enquête plus approfondie pourrait nous le révéler. Non, ce qui nous choque est ailleurs.Du premier coup d’œil, on pourrait croire que cette « malheureuse histoire » met le gouvernement dans l’embarras.

C’est possible oui. Mais vu d’un autre angle, c’est aussi du pain béni pour l’UMP.

On a bien pu constater qu’après la votation citoyenne sur le cas de La Poste, le gouvernement ne savait plus sur quel pied danser. Le stock de moquerie et d’indignation des fanfarons de première lignes épuisé, il fallait bien une réponse sur cette question de la part de l’hyper-président. Elle ne viendra pas. Les yeux et les caméras se sont tournés vers le ministre de la culture et son livre sorti il y a 4 ans et qui n’avait pourtant pas fait de remous au sujet de la présumée pédophilie divulguée dans l’ouvrage à ce moment là.

Heureux le chargé de communication de l’Élysée, s’offrant la joie de dénoncer le rapprochement idéologique du Front National et du Parti Socialiste sur cette polémique. Ravi, de voir qu’il n’a plus besoin lui même de créer le buzz pour faire avaler la pilule d’une réforme mal perçue. On se souvient à Disneyland de la première sortie du chef de l’Etat avec Carla, afin de détourner les projecteurs et les journalistes du passage houleux et prolongé du dictateur libyen, Mouammar kadhafi quelques jours auparavant. Rappelons également l’annonce du divorce présidentiel, connu par la presse depuis des lustres, et subitement ressorti au grand jour afin de tenter d’étouffer le mouvement étudiant contre la loi sur l’autonomie des universités. Ô combien d’exemple pourrions-nous citer depuis 2007.

Désormais, les autres partis politique se chargent de lancer des polémiques, seuls, sans soupçonner camoufler les réelles mesures dévastatrices du gouvernement qui elles, ne font jamais les grands titres.

Suite à cette affaire, est-ce que le cas de La Poste sera lâchement abandonné et enterré comme le furent tant d’autres projets défendus par la gauche depuis deux ans? Sans poursuite de la mobilisation du coté de l’opposition et sans continuité dans les médias, il faut être prêt à ce que La Poste connaisse le même sort que France Télécom.

Préparez les commandes de prozac !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :